Année 2018

INAUGURATION DE L'ORATOIRE
NOTRE-DAME DE BON VALLON
Á MONTAGNAC-MONTPEZAT (04)

Ce mercredi 1er août, l'oratoire Notre-Dame de Bon Vallon, restauré par l'association "Sur les chemins de la Rabasse et du Patrimoine", a été inauguré en présence d'une cinquantaine de personnes du village dont Monsieur le maire Francois Gréco et des invités comme le Père Wojciech, curé de Riez, et nous-mêmes avec Lucien Boldrin. Il a d'abord été procédé par Monsieur Frédéric Rosso, Maître-Artisan spécialiste du Patrimoine, à la mise en place de la statue de Notre-Dame, réalisée en béton cellulaire par Madame Simone Sivivari, artiste à Montagnac.


Achévement de l'oratoire


La statue

Scellement de la statue


L'oratoire achevé

Puis monsieur Philippe Borgard, archéologue du CNRS, a fait une conférence  sur la restauration de cet oratoire situé sur une colline boisée,  sans doute construit durant la seconde moitié du XIXème siècle, sur l'emplacement d'une très ancienne église disparue et dédiée  à ND de Bon Vallon selon des archives remontant à plusieurs siècles; d'ailleurs Philippe Borgard à précisé que la terrasse ou se tenait l'assistance, avait été faite jadis de main d'homme. Cet oratoire avait été édifié pour témoigner de cette anciennne église et sans doute de la communauté d'habitants alors concernée. Il a rappelé les recherches faites, en partant des photos anciennes de Jean Dieudé, et des ruines sur place, ce qui a permis de reconstituer la niche, et vraisemblablement le sommet de l'édifice, de même des restes d'enduit originaux de couleur blanche, et des traces de peinture ocre ont permis la reconstitution à l'identique.

Ensuite Frédéric Rosso a expliqué ses travaux de reconstruction de l'oratoire, par la réutilisation des pierres d'origine restées sur place autour de la base de l'édifice ruiné, et les matériaux et les techniques de constructions en vigueur dans la région au XIXème siècle. L'enduit d'origine a été recréé, peint en blanc avec un bandeau et un liseré ocre à la base, conformément à l'état initial au XIX siècle. Des restes de l'enduit d'origine sur la base ont été conservés en l'état. Cet enduit tout neuf et très blanc aujourd'hui, sera rapidement patiné après un hiver passé dans ce sous-bois !

Enfin Francis Libaud a été invité à dire quelques mots au nom de Connaissance et Sauvegarde des Oratoires.

Cette sympathique cérémonie fût suivie d'un buffet bien garni et très convivial.

Reconstruction de l'oratoire

Cet oratoire était réputé en "assez bon état et avec la niche vide" dans un relevé de Jean Gavot publié en 1945, puis dans nouvel ouvrage de Jean Gavot et Pierre Irigoin publié en 1961, il est décrit comme ayant " la niche ouverte jusqu'au sol, en très mauvais état d'entretien", et une photo de Jean Dieudé datant de 1969 montre un pilon éventré par écroulement. L'association locale "Sur les chemins de la Rabasse et du Patrimoine" à décider de restaurer cet oratoire.

Sur demande de monsieur Philippe Borgard, Archéologue au CNRS, nous avons fourni des données et photos pour aider à la restauration de cet oratoire, si possible à l'identique de son état primitif. L'analyse archéologique menée sur les restes du pilon, aidé des photos anciennes de Jean Dieudé, à permis de retrouver- avec une faible marge d'erreur- ses dimensions originelles, les détails de la finition, qui était un enduit blanc au mortier de chaux, rehaussé d'un bandeau rouge, et les techniques de construction utilisées à l'époque de sa construction.
Photo Jean Dieudé en 1969

Photo Jean Dieudé en 2005

En juillet dernier, avec l'aide d'un maçon-artisan spécialiste du patrimoine, Frédéric Rosso, l'oratoire a été restauré et a retrouvé sans doute sa physionomie initiale.
Les photos ci-dessous, faites par Philippe Borgard, illustrent bien les différentes phases de la reconstruction de l'oratoire, à l'identique "supposé" de sa construction vers la seconde moitié du XIX siècle.

Le pilon a été remonté avec les pierres d'origines qui gisaient à terre, au mortier de chaux et de sable local; le bas de la niche étant repérable, celle-ci a donc été refaite à l'identique et faute d'informations sur sa hauteur, celle-ci a été calculée en appliquant le nombre d'or. Faute d'informations sur le toit de l'édifice ancien, c'est un toit pyramidal en maçonnerie, très classique dans les oratoires anciens de Provence, qui a été retenu. Un enduit fin a été appilqué à tout l'édifice.
Les vestiges de l’enduit originel, blanchi au lait de chaux, ainsi que de la plinthe et du bandeau rouge (décoration à la fresque) qui ornent la partie basse de l’oratoire, ont permis de restitué la finition initiale sur l'oratoire restauré, par un lait de chaux.


L'état de l'oratoire au départ


Reconstruction du pilon


Restauration du bas de la niche

Restauration de la niche