Les Oratoires en France

LES ORATOIRES DES PROVINCES DE FRANCE

 
Les styles architecturaux des oratoires de France sont extrèmement variés, chaque province ou presque à son style particulier et il en est de même pour les noms qui les désignent.
 
La Provence connaît les Pilons, le Thimerais et le Perche les Mariettes, l’Alsace les Bildstockes, l’Avesnois, la Picardie et le Nord comme le Hainault Belge et Français, les Poteaux-Chapelles ou les Petites-Chapelles, et un peu plus loin les Potales et Bornes-potales en Wallonie ; la Vendée les Arceaux, les Ouradours dans le Limousin, les Chapelounes en Auvergne, les Oratori ou Atéoueo en Val d’Aoste, et encore ailleurs les Auretoris ou les Auradieu.
 
La carte ci-dessus, dessinée par L. Vadot en hommage à Pierre IRIGOIN, lors de son décès, illustre parfaitement cette diversité, et vous pouvez retrouver les oratoires de la France sur la Base de Données de notre inventaire  www.oratoires.com

 JPEG
               Ouradour (15)
Dans les départements du Cantal et de l’Aveyron les oratoires sont souvent désignés sous le nom d’Ouradour. Dans cette région plusieurs petits monuments monolithes se rencontrent, on peut signaler ceux de Gourdièges, de Dienne, de Pailherols, de Pierrefort, de Saint-Jacques-des-Blats, de Saint-Remy, de Chaudes-Aigues, des Ternes, de Vic-sur-Cere entre autres, tous sont construits en granit.
Sur la commune d’Oradour plusieurs de ces oratoires sont également monolithes, tel celui représenté ci-contre, encastré dans un muret de soutènement des terres, qui se trouve à proximité du carrefour vers Frayssinet de la D.48. Si les côtés de la niche sont formés de deux grosses dalles, la partie supérieure de cette niche, le cintre et le toit, ainsi que le fond sont taillés dans un seul bloc de granit qui porte un Christ en croix et la date de 1811.
Sur la même commune l’oratoire Notre-Dame-de-Bonne-Mort est situé à un carrefour au hameau de Rouire ; la niche monolithe, surmontée d’une grosse croix en pierre, repose directement sur le sol. Inscription gravée sur la croix : Mission 1892.
Selon Mlle. Carageat : « un très grand nombre de carrefours portent dans le Limousin le nom d’Ouradour, nom confirmé parfois de façon formelle par les cartes IGN ; il paraît certain qu’en ces endroits durent s’élever de petits édicules semblables à ceux que l’on rencontre de nos jours ».
 
 
 JPEG
              Malvières (43)
Dans la Haute-Loire, sur la commune de Malvières, l’Oratoire dit de Bancillon a été érigé en 1541 à l’emplacement occupé jadis par le cimetière des pestiférés, car si la Provence a été atteinte par ce terrible fléau, les autres provinces de France n’ont pas été épargnées.
Très élégant monument en pierre de taille ; il abrite dans sa grande niche une Pietà de la même époque, heureusement protégée par une forte grille de fer forgé, grâce à laquelle la statue a été conservée depuis près de 500 ans.
La niche carrée, avec arc en accolade, supportée par un encorbellement fait saillie sur la façade, elle est agréablement ornementée de sculptures se prolongeant jusqu’au socle de la croix, laquelle porte un Christ sur une face et la vierge portant l’Enfant Jésus couronné par un ange. Latéralement deux petits personnages (les donateurs) sont accolés au fût de la croix, surélevée par une colonne baguée.
Egalement en Haute Loire, à Saint-Paul-en-Chalençon, l’oratoire du hameau de Boisset abrite dans sa niche une Pietà du XVIème siècle.
 JPEG
            Montmoyen (21)
Le département de Côte-d’Or possède une série d’oratoires dédiés au Dieu-de-Pitié ayant fait l’objet d’une publication de Paul & Jean Dieudé ‘Oratoires du Dieu de Pitié sur les Terres Ducs de Bourgogne’. Ce type d’oratoire se rencontre principalement en Bourgogne et Franche-Comté, départements de Côte-d’Or, du Doubs, du Jura, de la Haute-Saône et de la Haute-Marne (38 oratoires décrits). On retrouve ces oratoires du Dieu de Pitié dans les Flandres, l’Artois et aussi en Belgique, anciennes possessions des Ducs de Bourgogne.
Sur la commune de Montmoyen, à 150 mètres au sud du carrefour des routes d’Essarois à Aignay-le-Duc et de Montmoyen à Beaulieu un chemin conduit aux carrières d’Hierce. L’oratoire du Dieu de Pitié est implanté à l’entrée de ce chemin, vitrine du savoir faire des tailleurs de pierre locaux qui jadis fabriquaient des auges et ont aussi sculpté plusieurs des oratoires de la région.
L’ensemble comprend l’oratoire proprement dit, et derrière une belle croix de pierre au fût octogonal sur une large base, avec une croix pattée de section carrée, ornée d’un ostensoir sur la face avant et d’une couronne au dos. A l’avant, deux bornes de pierre encadrent l’oratoire. Un socle de 57 cm de haut, posé sur la dalle de soubassement, supporte la niche réalisée en trois éléments à fond arrondi, voûtée en cul-de-four. Protégée par un simple grillage, la statue en pierre représente le Christ flagellé couronné d’épines, ayant les poignets liés par une corde.
 
 
 JPEG
         Villenauxe-la-Grande (10)
Deux Fontaines de Dévotion dans le département de l’Aube. La première dénommée la Sainte Fontaine sur la commune de Avirey-Lingey, à la limite de la forêt de Fiel. Selon la légende, les habitants des environs sachant que celui qui devait devenir Saint Bernard, mais n’était alors qu’Abbé de Citeaux, devait passer dans la localité, coururent au-devant de lui pour se faire guérir des diverses maladies dont certains d’entre eux étaient atteints. Bernard planta son bâton en terre, donnant ainsi naissance à la source qui prit le nom de « Source de Sainte Fontaine ».
La seconde connue sous le nom de Fontaine-Saint-Blanchard est située au lieu-dit ‘Nesle-la-Reposte’ sur le territoire de la commune de Villenauxe-la-Grande. L’eau de la source sort de trois côtés de la base du monument et se déverse dans trois petits bassins , tels de gros bénitiers arrondis. Sur cette base en pierre rose avec des jointoyages en teinte bleue se dresse une grande niche flanquée de quatre colonnes cylindriques avec importants chapiteaux sculptés soutenant le haut cintré de la niche et le toit arrondi orné de nombreux motifs sculptés. Dans la niche, grande statue du saint en costume des premiers siècles du christianisme, tenant dans la main droite la palme de martyr.
 
JPEG
               Chaville (92)
C’est par centaines que l’on trouve à travers toute la France des arbres abritant dans leurs troncs, ou dans de petites niches accrochées aux branches ou accrochées au tronc lui-même, de petites statues,de la Vierge en général. Certaines contrées en sont à peu près privées, mais certaines autres en possèdent un assez grand nombre ; l’Amiénois, le Pays Normand, la Franche-Comté, les forêts de Fontainebleau et de Saint-Germain, la Picardie, le Rhin entre autres.
Dans la région parisienne, l’oratoire dédié à Notre-Dame-du-Bon-Repos, qui se trouve dans le bois de Chaville, est situé au carrefour de l’étang Saint-Denis et de la route du Pavé des Gardes. C’est appuyé au tronc d’un grand et vieux chêne, toujours vigoureux, que cet oratoire a été érigé au milieu du siècle dernier, il abrite une Vierge à l’Enfant. Béni solennellement en présence d’une très nombreuse assistance le 15 août 1869, et confié « à la garde de la foi » de la paroisse de Chaville, ce petit oratoire reçoit chaque année, pour l’Assomption, l’hommage des habitants et des élèves de l’Institut Saint-Thomas de Villeneuve. Tout autour de la niche de nombreux ex-voto garnissent le tronc du chêne protecteur.
 
JPEG
        La Haye-de-Routot (27)
Dans le département de l’Eure, c’est à sainte Anne qu’est consacré le vieil if que l’on dit dater de plusieurs siècles qui se trouve dans le cimetière de la Haye-de-Routot ; cet arbre est encore vigoureux et son tronc qui mesure dix mètres de circonférence est complètement creux à la base sur plus de deux mètres de haut. La partie creuse a été suffisante pour que l’on y construise un oratoire en pierre avec porte ouverte jusqu’au sol protégeant une grande statue de Sainte-Anne reposant sur un petit autel. La niche est ouverte en ogive et le monument est doté d’un toit à deux pentes surmonté d’une croix en pierre.
Non loin de là, dans le même cimetière et datant probablement de la même époque, un second if, aussi vigoureux que le précédent, possède un tronc entièrement creux, communiquant avec l’extérieur par le haut et par deux grandes ouvertures latérales partant du sol ; cette grotte végétale abrite une statue de la Vierge de Lourdes d’où elle fut rapportée par une famille de la localité, Vierge reposant sur une console formant autel et protégée par une grille ornementée en demi cercle devant le bas de la niche. Chaque année, le 16 juillet, au pied des deux ifs, a lieu le pèlerinage du Feu-de-Saint-Clair, avec bénédiction du feu d’un bûcher d’une quinzaine de mètres de haut, ce qui attire plusieurs milliers de personnes.
 
 
 JPEG
                La Verrie (85)
Les oratoires du bocage vendéen sont désignés localement sous le nom de « arciaux », francisé en arceaux par l’IGN. Ils sont généralement construits en granit et plusieurs d’entre eux sont entourés d’un petit enclos destiné à empêcher le bétail d’y pénétrer.
A La Verrie, en sortant du village par la D72 en direction de Saint-Malo-du-Bois, aujourd’hui déviée pour rejoindre les ronds-points de la route de Cholet par Mortagne-sur-Sèvre ainsi que l’autoroute, sur la section de route abandonnée, maintenant en impasse, on voit en face d’un bâtiment industriel un beau monument en granit dédié à Notre-Dame-des-Victoires. Surélevé de trois marches, le socle carré supporte une grande niche dont le haut de l’ouverture est trilobé, orné d’un ruban et flanqué de deux colonnettes surmontées de deux petits lanternons dominant le bas des bases du toit pyramidal, lequel porte une croix en pierre, d’inspiration celtique, placée à l’intérieur d’une couronne. La niche abrite une belle et grande statue de la Vierge couronnée tenant, debout près d’elle, l’Enfant Jésus reposant sur un petit socle, l’ensemble sculpté dans une belle pierre blanche. Au dessous de la niche se trouve un petit banquet pouvant servir à supporter des vases de fleurs à certains jours de fête.
 
 JPEG
                 Vaunac (24)

En Dordogne, sur le territoire de la commune de Vaunac, se trouve un oratoire dédié à Notre-Dame érigé en 1774, près du carrefour, sur la RN.21 vers Périgueux et la route dite « chemin blanc » au lieu-dit « les Alois ».

Très intéressante construction en pierre de taille présentant une base rectangulaire sur cinq marches, surmontée d’une seconde base plus étroite reposant sur une corniche, le tout avec sculptures ornementales.

C’est sur ces deux bases que repose, également sur une petite corniche, une niche en cintre surbaissé flanquée de deux volutes, sous un toit arrondi surmonté d’une croix en pierre portant l’inscription INRI.

 
JPEG
         Potenx-les-Forges (40)
 
Moins nombreuses qu’en Bretagne, c’est néanmoins par centaines qu’on rencontre les Fontaines de Dévotion, tant dans le Béarn que dans les Landes où elles ont été étudiées par Constant Lacoste qui dans une étude parue dans le ‘Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau’ note : « Peu à peu le légendaire païen se transforma et chaque source dédiée à un Saint, parfois présumé, originaire du terroir vit naître une tradition nouvelle, héritière des superpositions millénaires. La plupart devinrent des fontaines de Saint-Jean-le-Baptiste, particulièrement en Béarn où, sur 58 fontaines dédiées à des Saints, plus de vingt lui sont dédiées ». Ces fontaines Saint-Jean sont désignées en Béarn sous des noms divers tels que : houn de Sen Yan, houn de las doulous, houn deus maus.
Dans les Landes sur le territoire de la commune de Pontenx-les-Forges, un bel oratoire en pierre de taille abrite une grande statue de Saint-Jean-Baptiste bénissant qui surmonte la source miraculeuse qui se trouve près de la chapelle du XII ème siècle, où s’arrêtaient les pèlerins de passage pour Saint-Jacques-de-Compostelle. On continue de se rendre à la fontaine le 24 juin pour demander la guérison de ses maux ; plusieurs ex-voto reposent au pied du monument en reconnaissance des bienfaits reçus. Cette fontaine également connue sous le nom de Saint-Jean-de-Boricos, vieux nom ibère cité dans les ‘Rôles Gascons’ du Moyen Age, est précédée d’un grand bassin en pierre où l’on peut y puiser l’eau bénéfique.
 
JPEG
            Saint-Jeury (12)
 
Dans l’Aveyron, comme nous l’avons signalé précédemment, on trouve un grand nombre de petits oratoires monolithes, tels celui érigé en 1821 sur la commune de Cantoin au carrefour de la route allant vers le pont de Tréboul et d’une autre se dirigeant vers la Bastide. Ce petit monument est formé d’une simple niche monolithe en granit, sans autre base que le muret sur lequel il est posé. Comme beaucoup d’autres elle est surmontée d’une grosse croix en granit, également monolithe, sur laquelle a été sculpté un assez grand Christ archaïque.
A Sebrazac, au carrefour des routes vers Estains et vers l’église de Trédou, une niche monolithe à ouverture cintrée est surmontée d’une grande croix ouvragée à l’extrémité des bras ainsi qu’au centre où l’on voit un cercle traversé par une flèche ; la date de 1725 gravée au-dessus de la niche indique la date de construction de l’édifice, alors que la croix est datée de 1723.
Sur la commune de Saint-Juery, l’oratoire dédié à Notre-Dame-du-Rosaire est situé à un carrefour, devant le château. Construit en pierre de taille et pilastres provenant de la balustrade du château formant niche en lanterne, il abrite une statue de la Vierge sous un toit en escalier. Sur la même commune, au lieu-dit Mas de Bousquet, l’oratoire dédié à Notre-Dame-du-Bon-accueil est construit en pierre de taille et moellons de diverses couleurs.
 
 
JPEG
              Cavaillon (84)
Parmi les nombreux oratoires du département de Vaucluse il faut citer, à Mazan, l’oratoire Saint-Joseph érigé en 1641 sur le chemin de la chapelle Notre-Dame-de-la-Brune ; à Caseneuve l’oratoire du XVIII ème siècle dédié à Saint-Jean-Baptiste, au lieu-dit les Ramades, orné d’un bas-relief représentant le baptême du Christ ; une série d’oratoires à Monteux, Modène et Le Beaucet dédiés à saint Gens, ainsi que les quinze stations du Chemin du Rosaire à Saint-Didier.
Certainement parmi les plus beaux monuments du XVII ème siècle, l’oratoire Saint-Joseph qui existait encore dans les années 1970 en bordure de la route de Gordes. Construit en pierre de taille, sur une petite assise, une base rectangulaire avec moulures et cordons supportait une grande niche ornée de nombreuses volutes ornementales de chaque côté de la baie en accolade. La niche était ornée d’une peinture sur bois, protégée par une splendide grille de fer forgé. Ce tableau ainsi que la croix qui surmontait l’édifice avaient été mis à l’abri, mais la grille a disparu en 1957. Hélas de nos jours il ne subsiste plus que le soubassement de ce bel édifice représenté sur la gravure ci-contre.
 
JPEG
       Mirabel-les-Baronnies (26)
Dans la Drôme, quelques séries d’oratoires jalonnent des sentiers vers d’anciennes chapelles. A Mirabel-aux-Baronnies, seuls subsistent les oratoires des douzième et treizième stations du Chemin de Croix conduisant à l’antique chapelle du Saint-Sépulcre qui constitue la quatorzième et dernière station située au sommet d’un tertre de molasse dominant le village. Ce sont des piliers carrés, en maçonnerie, percés d’une niche rectangulaire surmontée d’un toit pyramidal à quatre pans restaurés en 1940.
On y célébrait la Passion du Christ en s’y rendant en procession durant la Semaine Sainte. De nos jours on y célèbre encore la messe le Mercredi Saint.
A Clansaye, une dizaine d’oratoires jalonnent le chemin conduisant à la chapelle Notre-Dame-de-Toronne ; tous différends entre eux, ils auraient été érigés par l’Abbé Revol durant les quarante deux ans où il a administré la paroisse entre 1905 et 1947, date de sa mort à 85 ans.
Ils sont dédiés respectivement à : Notre-Dame de La Salette, Notre-Dame de Lourdes, Saint Antoine de Padoue, Notre-Dame du Sacré Cœur, Saint Joseph, Saint Louis de Gonzague, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, Sainte Anne, et de dernier à Sainte Bernadette au sommet du mamelon.
 
 
 JPEG
                 Arbois (39)
Dans le Jura sur la commune d’Arbois, au départ du chemin transformé en un très long escalier sinueux, qui part de la route de Champagnole, se trouve un oratoire indiquant le chemin que doivent prendre les pèlerins qui se rendent régulièrement à la chapelle Notre-Dame de l’Ermitage, chapelle abritant une Vierge Noire rapportée en 1603 par Pierre Denys revenant de Brabant. Cet oratoire en pierres du pays, vieux de plusieurs siècles, a une grande niche encadrée de pilastres avec chapiteaux, et, abrite une statue de la Vierge protégée par une grille de fer forgé, sous un toit à deux pentes couvert de dalles.
A signaler dans ce département une très intéressante série d’oratoires dédiés au Dieu-de-Pitié sur le territoire des communes de Chaux-des-Crotenay, Chissey, Choisey, Colonne, Conliège, Foncine-le-Haut, Grozon, La-Loye, Menotey, Moissey, et Salins-les-Bains. Ces oratoires ayant fait l’objet d’une étude dans l’ouvrage de Paul & Jean Dieudé : ‘Oratoires du Dieu de Pitié sur les Terres des Ducs de Bourgogne’. L’oratoire de Chaux-des-Crotenay, dont l’acte de fondation ainsi que l’autorisation de l’Archevêque de Besançon, Prince du Saint Empire a été conservée, porte l’inscription gravée suivante : « Indulgence de 20 jours disant 3 pater et 3 ave.- fodez à l’honr de Dieu de Pitié – par Ambroise Estevenin. 1733 ».
 
 
 
 JPEG
           Faucogney (70)
 
En Haute-Saône, l’oratoire Notre-Dame, qui date du XVII ème siècle, est situé à la croisée des chemins de Faucogney-et-La-Mer à Annegray et de celui du cimetière Saint-Martin, dit « Chemin des Morts ». Il est constitué d’un volumineux socle formé de deux blocs superposés surmontés d’un dé creusé d’un cartouche avec inscription sur deux de ses faces. Sur cet ensemble s’élève une haute niche ogivale ornée de tiges sinueuses garnies de feuilles de lierre abritant une grande statue en pierre de la Vierge ; elle est surmontée d’une croix cléchée qui repose sur le sommet de l’ogive, et de deux petits pinacles de part et d’autre. L’inscription gravée dans le cartouche mentionne « A LA MEMOIRE DE F.X. DIRAND ET DE SON FILS E. DIRAND. MONUMENT ERIGE PAR M.R. GUYOT VEUVE DIRAND DE CHAMBEVAUX ».
Il faut signaler dans cette région plusieurs oratoires se présentant sous la forme de hauts fûts monolithes en grès rose se terminant à leur sommet par une petite niche débordante. Ils sont pour la plupart d’entre eux de section carrée, douze de ce type sur les communes d’Amont-et-Effreney (1), d’Amage (1), d’Esmoulières (2), de Faucogney-et-La Mer (2), et de Saint-Bresson (6). Sur la commune de La Proselière-et-Langle ainsi que sur la commune de La-Voivre ce sont de belles colonnes cylindriques ornées de cannelures et de feuillages sculptés. 
Les oratoires et les très nombreuses croix du « Pays des Mille Etangs » ont été minutieusement étudiés par la Société d’Agriculture, Lettres, Sciences et Arts de la Haute-Saône.
 
 
 
 JPEG
            Humes (52)
 
Le département de Haute-Marne possède plusieurs fontaines de dévotion, telle la Fontaine Saint-Vinebaut en bordure de la route de Saint-Martin-les-Langres à l’entrée de Humes. Construit en belles pierres taillées, la base de l’édifice forme une voûte au-dessus de la source sous un toit à deux pentes tronquées surmonté d’une niche carrée sous un petit toit en pyramide abritant un buste du saint. On dit que ce saint moine vivant au XIIème siècle aurait délivré Saint Loup, évêque de Sens, prisonnier de Clotaire II.
A Bienville, la source miraculeuse Sainte-Menehould a été construite à l’emplacement de la cellule où vivait la sainte. Lorsqu’un enfant était malade, sa mère jetait dans la fontaine la chemise du petit malade. Si la chemise flottait, c’était signe que l’enfant allait guérir ; dans le cas contraire cela annonçait la mort prochaine de l’enfant.
A Maulin, selon la légende, un serpent vint sucer le sein de la mère de saint Félix qui s’était endormie près de la fontaine ; elle obtint du ciel le privilège de faire disparaître les serpents de cet endroit, et, depuis les serpents ont disparu de la commune. Les pèlerins viennent recueillir de la terre près de la fontaine pour la répandre aux endroits à protéger.
A Varennes-sur-Amance, la fontaine Saint-Gengolphe coule sous une voûte en berceau dans la crypte d’une chapelle portant la date de sa construction 1540 et le nom de son fondateur, François de Montarby, prieur de Varennes.
 
 
 JPEG
              Rocquigny (02)
 
Dans le diocèse de Soissons (Aisne), la pierre bleue a servi à la construction de nombreux oratoires. A la fourche de deux chemins à proximité d’une ferme aux abords du village de Roquigny l’oratoire Notre-Dame construit en pierre de taille est composé de quatre blocs cubiques. Le monument est percé d’une baie rectangulaire fermée par une imposante grille en grosses barres de fer. Un bloc monolithe en forme de calotte surmontée d’une boule de pierre et d’une grande croix de fer forgé ouvragée termine l’édifice.
Plusieurs fontaines de dévotion sont à signaler : à Gernicourt la fontaine Saint Rigobert, archevêque de Reimsau VIII ème siècle ; à Saint-Erme-Outre et Ramecourt la grande fontaine murale de style gothique dédiée à sainte Claire ; à Le Nouvion en Thiérache la fontaine érigée en 1748 se présente sous la forme d’un petit édifice de plan carré avec toit en coupole surmonté d’une niche abritant une statue de Notre-Dame de Liesse, patronne du diocèse de Soissons. Le célèbre Sanctuaire Marial Notre-Dame-de-Liesse a été construit en 1134 par les Chevaliers d’Eppes en reconnaissance de leur délivrance miraculeuse. Rois et reines de France s’y sont rendus en pèlerinage : Louis VII, Charles VI et Charles VII, Louis XI, François I er, Henri II et Catherine de Médicis, Henri III, Marie de Médicis épouse d’Henri IV, Louis XIII, Louis XIV et Louis XV.
 
 
JPEG
                  Bouville (76)
A Bouville (Seine-Maritime), l’oratoire, ci-contre datant du XVème siécle, est constitué d’un haut pilier carré monolithe orné sur ses quatre faces de personnages, sculptés en ronde bosse, représentant la Vierge, Sainte Catherine, et, probablement Saint Jean-Baptiste et Saint Jacques-le-Majeur, reposant sur un socle carré monolithe surmonté d’un entablement chanfreiné. Une grande croix de fer forgé ornementée de volutes et de rosaces s’élève au-dessus du pilier.
Dans le même département, il faut signaler la présence à Allouville-Bellefosse de l’arbre le plus remarquable de toute la Normandie connu sous le nom de Notre-Dame-de-la-Paix. Ce chêne, situé dans l’ancien cimetière entre la route et le clocher de l’église, mesure dix mètres de circonférence. Son énorme fût caverneux contient deux chapelles superposées communiquant par un escalier extérieur enroulé en spirale autour du tronc. La chapelle inférieure fut érigée en 1696, on y célèbre la messe lors du pèlerinage du 2 juillet, fête de la Visitation. La chapelle supérieure, dite du Calvaire, située au-dessus abrite un grand Christ en croix. Cet arbre monumental fut préservé à la Révolution grâce au maître d’école qui accrocha un écriteau portant l’inscription « Temple de la Raison ».
 
 JPEG
              Tréburden (22)
 
Sur la paroisse de Pleumeur-Bodou (Côtes-d’Armor) le menhir, situé à quelques centaines de mètres de la chapelle Sint-Uzec, fut christianisé au XVIIème siècle lors d’une mission du père Maunoir, jésuite, célèbre prédicateur. L’origine de ce mégalithe d’environ soixante tonnes mesurant 5,90m. de haut sur 2,60m. de large remonterait à 2 500 ans avant Jésus-Christ. Sur la face sud une série de sculptures représentent les instruments de la Passion du Christ : à gauche et à droite la lune (la mort) et le soleil (la résurrection). A gauche une lance et un bâton évoquant l’arrestation auxquels correspondent, à droite, une lance et un roseau portant l’éponge. Entre les deux, l’aiguière et une main rappellent le geste de Pilate, puis, le voile de Véronique. Le coq du reniement de saint Pierre est juché sur la colonne de la flagellation. Une échelle évoque la descente de croix. De chaque côté on voit deux fouets. En dessous, et de gauche à droite, l’épée de saint Pierre qui trancha l’oreille du serviteur du grand prêtre, une lanterne nous conduit à l’arrestation au Jardin des Oliviers, puis des tenailles et un marteau sous lesquels se trouvent les deniers de Judas. Sur la dernière ligne enfin, la tunique sans couture, les dés utilisés par les soldats pour tirer au sort la tunique, et les trois clous. Sous l’échelle, deux os croisés pourraient signifier la descente aux enfers. Une croix surmonte le menhir. D’autres menhirs ont également été christianisés, tel celui de Brignogan dans le Finistère. La Bretagne fut christianisée au V ème et VI ème siècle par des évangélisateurs, venus de la Bretagne insulaire, qui fondèrent les sept cités épiscopales de Saint-Malo, Dol-de-Bretagne, Saint-Brieuc, Tréguier, Saint-Pol-de-Léon, Quimper, et Vannes.
 
JPEG
        Clohars- Fouesnant (29)
 
 
A Briec-de-l’Odet (Finistère), au bas de la prairie dans le vallon, la fontaine de dévotion Saint-Venec est située à proximité de la chapelle du XVI ème siècle dédiée au même saint. L’édifice à toit en bâtière amorti d’un fleuron s’ouvre par une grande baie en arc brisé descendant jusqu’au sol. L’eau de la source s’écoule dans un bassin entouré d’une margelle. La niche est encadrée de deux colonnes sculptées en nid d’abeilles, baguées et torsadées, amorties en pinacles gothiques reliés au toit par un étai horizontal. Une croix de pierre à branches d’égales dimensions surmonte la crête du toit. La niche abrite une statue en granit, de même époque, de Saint-Venec, frère de Saint-Guénolé et de Sainte-Clervie, fondateur avec un autre de ses frères de l’abbaye de Landevennec.
La chapelle abrite une curieuse statue de « Sancta alba Trimammis », sainte Blanche aux trois mamelles, la mère de saint Venec, désignée ainsi parce que d’après la légende, consignée dans le cartulaire de Landevennec, Dieu lui donna une troisième mamelle à la naissance de son troisième fils.
 
JPEG
              Le Faouet (56)
C’est à Sainte-Barbe qu’est dédiée la fontaine du Faouet (Morbihan) érigée en 1708 à proximité de la chapelle du même vocable, en contrebas et au flanc de la gorge de l’Ellé. D’un style relativement simple, la voûte en plein cintre repose sur deux gros piliers carrés avec chapiteaux et bases s’appuyant sur les petites murettes qui forment le bassin de la source. Une grande statue de la sainte représentée avec la tour, qui lui sert d’attribut, s’appuie sur le mur du fond de la niche. Sainte-Barbe naquit et mourut en Orient, elle fut enfermée par son père dans une tour dans laquelle elle fit percer une troisième fenêtre en l’honneur de la Sainte-Trinité ; c’est pourquoi la tour qui accompagne généralement les statues de la Sainte a le plus souvent trois ouvertures. Les reliques de Sainte-Barbe furent transportées à Constantinople puis à Torcello (Italie). Sa fête a lieu le 4 décembre, elle est invoquée comme protectrice des incendies et de la foudre. La légende veut que la Vierge lui aurait offert de choisir entre le don de faire la loi aux filles ou de commander au tonnerre et qu’elle aurait répondu, suivant un vieux cantique breton, que cite Yves Million : « Madame Marie, si vous le permettez, gardez pour vous les filles, elles ont souvent la tête dure ; j’aime mieux avoir à faire au tonnerre et me charge de le conduire à la baguette ». Depuis Sainte-Barbe est devenue la patronne des artilleurs, des artificiers, des mineurs et des carriers ainsi que des pompiers. Elle est également invoquée lors des forts orages, son père ayant été foudroyé après qu’il lui ait fait couper la tête.
 
 
JPEG
              Bidarray (64)
A Bidarray (Pyrénées-Atlantiques), à environ deux kilomètres du village, au carrefour de la route de Saint-Jean-Pied-de-Port et d’un chemin vicinal, un oratoire de style typiquement basque en forme de croix discoïdale, comme on en trouve dans les cimetières de la région, a été érigé en 1961 par un artiste Chilien à la suite d’un vœu fait au cours d’un voyage qu’il avait entrepris, bien que gravement malade, et dont il revint en bonne santé.
Construit en pierres rouges, il mesure sept mètres de haut, dimension très rare pour un oratoire. La base de forme triangulaire est ornementée d’étoiles et de svastikas. Une statuette de Notre-Dame-de-la-Route à qui ce monument est dédié est placée dans une petite niche située à la rencontre des bras de la croix. Une longue inscription en langue basque est sculptée en relief à la partie inférieure de l’édifice : « Ama ona har zurz gerizan Bidarray eta errege bide hau » (Bonne Mère veille sur Bidarray et sur cette route).
La Fontaine Sain-Antoine, proche de la ville de Sare (Pyrénées-Atlantiques), est un lieu de pèlerinage très populaire on s’y rend dans la nuit du 23 au 24 juin se livrer à des ablutions. Les malades se frottent les yeux à l’aide de linges blancs pour obtenir la guérison de leurs maux et abandonnent ensuite ces linges en les accrochant comme ex-voto aux ronciers de la haie voisine.
 
 
JPEG
     Peyrolles-en-Provence (13)
Au quartier de la Rose à Peyrolles-en-Provence (Bouches-du-Rhône), un beau pilier de pierre de taille porte la date de 1481 qui correspond au rattachement de la Provence au royaume de France. En effet, à la mort du roi René en 1480, puis à celle de son neveu Charles II, comte du Maine, en 1481, la Provence revient par héritage au roi Louis XI. A la partie supérieure du fut, au-dessus d’un entablement débordant, quatre petits piliers de section carrée supporte une large dalle de pierre formant la toiture de l’édifice surmonté d’une simple croix de fer forgé.
La ville d’Orgon, sur les bords de la Durance, possède trois remarquables oratoires de pierre de taille, les deux premiers sur le chemin de la Chapelle de pèlerinage Notre-Dame de Beauregard dont l’un porte la date de 1516, le troisième dédié à sainte Marie-Madeleine, à proximité de la chapelle Saint-Roch porte la date de 1663.
De nombreuses chapelles et oratoires dédiés à saint Roch ont été érigés à la suite des épidémies de peste qui ont ravagé la Provence (Aix en 1361, Avignon en 1348, Lambesc, et surtout Marseille en 1720 qui a fait plus de 70 000 victimes). Ces oratoires à saint Roch sont particulièrement nombreux dans le secteur des Alpilles : Alleins, Aureille, Boulbon, Cabannes, Château-Renard, Eygalières, Fontvieille, Mallemort, Maussane, Mollegès, Mouriés, Noves, Saint-Andiol, Saint-Etienne-Grès. Dans ce secteur il y a lieu de mentionner également la présence de nombreux oratoires dédiés à saint Eloi.
 JPEG
             Le Beausset (83)
 
Dans le département du Var, la petite commune du Beausset possède 45 oratoires dont onze sont situés le long du chemin qui permettaient aux pèlerins de se rendre à l’ermitage de Beauvoir datant du XII ème siècle dédiée à l’origine à Notre-Dame de Pitié où Louis XIV se serait arrêté en 1660. La chapelle désignée sous le nom de Notre-Dame-du-Bausset-Vieux à partir du XVIII ème siècle, abrite un ensemble de 83 ex-voto peints.
Dédié à Saint-Pierre et à Saint-Paul, le dernier oratoire de la série est adossé à un mur d’enceinte de l’ancien château dont il ne reste que des vestiges. L’édifice présente deux niches côte à côte séparées par une colonnette, tandis que deux autres colonnettes sont situées de part et d’autre sous un toit pyramidal incurvé couvert de tuiles et surmonté d’une croix de fer forgé.
Plusieurs chapelles de pèlerinages du département renferment de nombreux ex-voto peints, en particulier la chapelle ermitage Saint-Quinis à Camps-la-Source, la chapelle Notre-Dame-des-Anges à Pignans, la chapelle Saint-Quinis à Gonfaron, la chapelle Sainte-Agathe à Besse-sur-Issole, Notre-Dame-du Glaive à Cabasse, chapelle Saint-Jean à Signes, chapelle Notre-Dame-de-Pitié à Sanary, sans oublier la collégiale Saint-Pierre à Hyères qui possède près de 400 ex-voto classés, et la Chapelle Notre-Dame-de-Grâce à Cotignac avec l’ex-Voto de Louis XIV.
Vous pourrez retrouver dans les prochains mois les renseignements concernant ce patrimoine sur notre base de données consultables sur notre site http://www.oratoires.com actuellement en cours de construction.
 
 
JPEG
             Le Moulinet (06)
Sur la commune du Moulinet, à 30 kilomètres au nord de Menton entre Sospel et le Col de Turini, un bel oratoire du XVII ème siècle se dresse à l’entrée du pont à trois arches qui enjambe la route pour conduire, par un escalier de 50 marches, les pèlerins venant prier Notre-Dame-de-la-Ménoura dans sa chapelle construite au milieu d’un coude de la Bévéra. C’est un élégant pilier rectangulaire avec toit à deux pentes recouvert de tuiles, percé d’une grande niche en plein cintre qui abritait une statue en pierre du XVII ème siècle d’une Vierge à l’Enfant avant d’être volée vers 1970. Un beau cartouche ornementé, dont l’inscription est devenue illisible, est situé au-dessous de la niche. De nombreux oratoires sont construits le long des chemins conduisant aux Sanctuaires Mariaux du diocèse : Notre-Dame-de-la-Garoupe à Antibes, Notre-Dame de l’Annonciade à Menton, Notre-Dame de Laghet à La Turbie, La Madone d’Utelle, La Madone de Fenestre, ainsi que le sanctuaire franco-italien de Sainte-Anne-de-Vinadio. Les innombrables oratoires situés en bordure des itinéraires de randonnée sont, pour les amoureux de cette merveilleuse région, autant d’occasions de faire une halte propice à la réflexion et à la prière
JPEG
              Castellane (04)
 
Les Chemins de Croix et Chemins du Rosaire sont nombreux en Provence, ils partent généralement du village pour aboutir à un ermitage, lieu de pèlerinage ou à la chapelle du village primitif. Le parcours est jalonné d’oratoires marquant les diverses étapes de la Passion du Christ. A Castellane, le Chemin de Croix conduit à la Chapelle Notre-Dame-du-Roc située à 900 mètres d’altitude au sommet du rocher qui surplombe le Verdon d’une centaine de mètres. Haut lieu de pèlerinage fréquenté toute l’année par de nombreux touristes étrangers, la chapelle est ornée de deux grands ex-voto représentant la procession de 1835 lors de l’épidémie de choléra et celle de 1870 pour l’épidémie de petite vérole. A Annot, pour les fêtes de Saint-Fortunat patron de la paroisse et pour celle de Saint Jean-Baptiste les fidèles se rendent en procession à Notre-Dame-de-Vers-la-Ville en suivant le Chemin de Croix. A Moustiers-Sainte-Marie, le Chemin de Croix dont les 365 marches conduisent au sanctuaire de Notre-Dame-de-Beauvoir, est également fréquenté par la population locale lors des pèlerinages, et toute l’année par les touristes.
A Forcalquier, un Chemin de Croix conduit au Sanctuaire Notre-Dame-de-Provence, construit de 1869 à 1875, l’esplanade qui l’entoure est ceinturée d’une balustrade comportant les quinze stations d’un Chemin du Rosaire. Il faut citer aussi les Chemins de Croix de Barrême, de Jausiers, du Fugeret, de La Javie, de Mane, ainsi que celui de Meyronnes fréquenté par les pèlerins Italiens qui se rendent en pèlerinage à la chapelle Saint-Ours.
 
JPEG
       Sixt Fer-à-Cheval (74)
 
Les départements de la Savoie et de la Haute-Savoie possèdent de très nombreux oratoires. La petite commune de Sixt-Fer-à-Cheval en possède à elle seule quarante huit. L’oratoire dédié à Notre-Dame, situé sur un rocher au bord du chemin longeant le Giffre, est connu sous le nom d’Oratoire du Raffort. La niche monolithe s’appuie sur une base rectangulaire, une croix sculptée porte la date de 1618 qui coïncide avec la date de la visite de Saint-François-de-Salles à l’abbaye de Sixt construite au XIII ème siècle. A Lanslevillard, l’oratoire Saint-Erasme abrite un tableau du XVII ème siècle. La commune de Megève possède plus de 30 oratoires. Une série de quinze petits monuments carrés jalonnent le Chemin du Rosaire, ils sont percés d’une grande niche en retrait sous un toit pyramidal à quatre pentes recouvert de petites ardoises, et, sont surmontés de belles croix de fer forgé ornementées au centre et à l’extrémité des bras. A Megevette, un oratoire cylindrique, semblable à ceux que l’on rencontre dans la province du Hainaut est dédié à Notre-Dame-des-Douleurs. Il est percé d’une niche cintrée abritant une statue de la Vierge, sous un toit en calotte que surmonte une belle croix ouvragée en fer forgé. Plusieurs autres oratoires de ce type auraient été érigés au XVIII ème siècle par les Bénédictins de l’abbaye de Bellevaux.
 
JPEG
            Pfaffenheim (68)
 
Dans la catégorie des Fûts à Images (Bildstocks) érigés après le Traité de Francfort, signé le 10 mai 1871, qui enleva l’Alsace et une partie de la Lorraine à la France, une série de quatorze de ces monuments sont situés sur la commune de Pfaffenheim (Haut-Rhin). Ils jalonnent le Chemin de Croix conduisant à la chapelle de Schuenberg, lieu de pèlerinage célèbre proche de Colmar. Ces édifices monolithes présentent sur un pilier carré une niche au sommet arrondi, abritant des sculptures en ronde bosse représentant les étapes de la monté du Christ au calvaire. Sur le fût, une inscription indique le nom du donateur, la date de 1879, ainsi que la signature du sculpteur « Ebert ».
A Freedolsheim (Bas-Rhin), le bildstock monolithe est percé de trios niches, sous un toit arrondi, dont la principale abrite une sculpture représentant le Christ. L’inscription gravée en langue germanique indique que « ce tronc image a été érigé par jean Fritsch, maire à Freedolsheim, et Madeleine, sa femme, au plus grand honneur de Dieu -1700 ». Dans la même région à Kleinfrankenheim, à proximité d’une auberge au croisement de la route de Schnersheim et d’un chemin secondaire un long fût de pierre de taille avec une petite niche cintrée abrite derrière une forte de grille de fer forgé une statuette de la Vierge. Une grande croix avec Christ en pierre surmonte cet édifice.
 
 
JPEG
       Bildstock d’Inglande (57)
On rencontre en Lorraine un type particulier d’édifices religieux désignés localement sous le vocable de Bilstock (fût à images), qui se présentent sous la forme d’un pilier, souvent octogonal supportant une niche monolithe, parfois couronnée d’une courte croix, et ornée sur ses quatre faces de sculpture en haut relief représentant le Christ en Croix, la Vierge et divers Saints. A Inglange (Moselle), quatre niches gothiques reposent sur un chapiteau au sommet d’un fût octogonal ornementé. Les sculptures de ces niches représentent - Le Christ cantonné de sa Mère et de saint Jean – Saint Nicolas et les enfants – Saint Hubert en équipage de chasse, et sur la quatrième face un évêque tenant sa crosse.
A Evrange, le monument, daté de 1540, mesure plus de quatre mètres de haut. Sur un fût octogonal se trouvent quatre niches de style gothique flamboyant. Sur l’avers un Christ en croix accompagné de Marie et de Jean, à droite Saint Henri et son épouse Sainte Cunégonde coiffés de la couronne royale, à gauche Saint Antoine ermite et son cochon, au revers Saint Hubert à cheval avec cor et chien. Ce type d’édifices se retrouvent dans plusieurs communes, notamment à Berg-sur-Moselle, à Evange, à Hetange-Grande, à Œutrange, à Sentzig, à Thionville, à Sentzig, et à Volmérange-les-Mines (3 édifices).
 
JPEG
                 Marville (55)
 
A Marville (Meuse), dans l’enceinte du cimetière Saint-Hilaire, faisant face au portail de l’église, un monument datant de 1481 est dédié à Notre-Dame-de-Pitié. L’édifice de huit mètres de haut construit en pierre de taille comporte une grande niche rectangulaire abritant, sous un toit débordant à deux pentes formant auvent, une grande Pietà de pierre. Au-dessus, dans le triangle du fronton, une sculpture en relief représente Dieu le père au jugement dernier entouré d’anges jouant de la trompette. Au pied du monument, quatre stèles de style gothique représentent chacune trois des douze disciples du Christ. Il y a lieu de noter dans le cimetière, comme dans plusieurs autres de la région, la présence d’un important ossuaire contenant plusieurs milliers de crânes. Les paroissiens s’y rendaient en procession à certains jours de l’année avec cierges et lanternes avec le prêtre qui bénissait l’ossuaire.
Dans la même commune, un autre édifice de la même époque, de style gothique, est situé au pied de la côte Saint-Hilaire. Il est agrémente d’un clocheton de taille moyenne encadré de deux autres de plus petite taille ; au fond d’une niche cintrée un bas relief représente le Christ en croix, ayant à ses pieds sa mère, la Vierge Marie, agenouillée dans l’attitude de la prière, les mains croisées, et, à gauche Saint Jean, debout les bras croisés sur la poitrine. Au dessus de la niche se trouvaient des sculptures représentant l’Education de la Vierge.
 
 
JPEG
            Taisnières (59)
 
Dans l’arrondissement d’Avesnes (Nord), de nombreux oratoires sont construits en « Pierre bleue », brute ou polie, provenant des carrières du pays. Ils sont particulièrement nombreux dans la région herbagère de la Thiérache le long des vallons de la Sambre, des Helpes et de la Nivelette. Ils se présentent généralement sous la forme d’un pilier, de section carrée, cylindrique, ou souvent octogonale, percé d’une niche cintrée à mi hauteur avec un toit arrondi surmonté d’une croix.
A Taisnières-en-Thiérache, l’oratoire Notre-Dame-de Walcourt, situé au carrefour de Maroilles, est un édicule cylindrique en pierre bleue percé d’une niche située à mi hauteur fermée par une grille en fers plats protégeant une statue de la Vierge, un petit bénitier fait saillie sous la niche. Le toit en forme d’éteignoir est surmonté d’une croix de fer forgé. Notre-Dame-de-Walcourt est très vénérée dans toute la région, sa statue miraculeuse datant du XIII ème siècle est conservée dans la collégiale de Walcourt (Belgique) où se déroule depuis le XV ème siècle une importante procession pour la Fête de la Trinité. Deux autres oratoires lui sont dédiés à Boulogne-sur-Helpe et à Doulers.
Plusieurs oratoires sont dédiés au « Dieu de Pitié » à Boulogne-sur-Helpe, Dompierre-sur-Helpe, Taisnière-en Thiérache, Saint-Martin-la-Rivière, notamment celui de Sémeriès (1543) et celui de Cousolre (1558), tous deux étudiés et décrits dans notre ouvrage sur les « Dieux de Pitié sur les terres des Ducs de Bourgogne ».
 
 JPEG
             Saint-Omer (62)
 
Dans les Flandres, en forêt de Clairmarais proche de Saint-Omer (Pas-de-Calais), la « Chapelle du Long Chêne » dédiée à Jésus flagellé aurait été construite pendant la Révolution pour permettre aux prêtres réfractaires d’y célébrer la messe. Elle était ornée extérieurement de peintures murales, disparues lors de la restauration de 1998, représentant les instruments de la Passion. On venait y prier pour obtenir la guérison des fièvres en faisant le tour de l’édifice de manière à tenir toujours la statue du Christ sur sa droite ; ensuite on liait à la grille un linge ayant appartenu au malade, plus le linge était serré, plus le mal s’en allait rapidement.
Près de Valenciennes sur la commune d’Hasnon (Nord), l’ancien oratoire du « Bon Dieu de Giblot », érigé à la suite des nombreuses guérisons survenues dans l’église abbatiale de Gembloux où la statue du Christ Flagellé s’était mise à saigner le 8 mars 1653, a été démoli lors des travaux de réalisation de l’autoroute A.23. Reconstruit en lisière de la forêt de Raisme, une procession s’y rend le dimanche de la Fête Dieu, suivie d’une messe devant l’oratoire. C’est sur un « Arbre à Loques » que les fidèles, désireux d’obtenir la guérison de leurs maux, viennent accrocher des lambeaux de leurs vêtements. Cette coutume serait un vestige du culte rendu au VI ème siècle au Dieu païen Giblot, ou Gibloux.
 
 
Textes rédigés par Jean Dieudé

BIBLIOGRAPHIE
(O) = Occasion, ouvrages épuisés à trouver chez les bouquinistes, si existants,  (N) = Neuf, à commander à l'éditeur.
NOS PUBLICATIONS
 
LES ORATOIRES DE FRANCE DEPUIS LES ORIGINES
Par Pierre Irigoin, illusté par Pierre Lhuillier
Ce livre est incontournable pour connaitre l'histoire des oratoires en France
 
ORATOIRES DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE  par Jean Dieudé (O)
Verrsion Française (épuisée)  et Version bilingue Anglais et Allemand (épuisée)
 
LES ORATOIRES DU DOUBS  par Paul Dieudé, 1998. (N)
 
LES ORATOIRES DU DIEU DE PITIE, par Paul & Jean Dieudé, 2004 (N)
 
Vendus par Connaissance et Sauvegarde des Oratoires,
Ces ouvrages sont à commander à notre siège, voir à la rubrique LIVRES.
 

OUVRAGES A COMMANDER A L'AUTEUR, Voir à la rubrique LIVRES

Oratoires, Croix et Chapelles de Sixt-Fer-à-Cheval, par Dominique Thévenot, 2003 : Chez l'Auteur.

Les sanctuaires de l'Oisans, Collectif, 2013 : A l'association Coutumes et traditions de l'Oisans.

Chapelles et Oratoires en Pays de Somme, par André Guerville, 2003 : Chez l'Auteur.

Oratoires et Niches de Pierres bleues, pat René Guirlinger & Jean-Noël Marissal, 1998 : Chez l'Auteur.

Les oratoires du Chablais par Charles Courtieux & Jeanine Jaillet-Pélissier. (N) (en vente chez l'auteur)
Les oratoires du Faucigny par Charles Courtieux & Jeanine Jaillet-Pélissier.
(N) (en vente chez l'auteur)
Les oratoires du Genevois par Charles Courtieux & Jeanine Jaillet-Pélissier. (N) (en vente chez l'auteur)


AUTRES OUVRAGES

Les petits oratoires dans le Haut-Livradois, par Charles Andrieux, 1924, (épuisé) (O)
Les oratoires du Comtat, N°1, Collectif, 1938, (épuisé) (O)
Les oratoires des Pyrénés orientales, par Yves Puyguillem, 1974,
(épuisé) (O)
Les petits oratoires de la Basse Drôme, par le Chanoine Léon Béchet, vers 1974 à 1981, (épuisé) (O)
Les oratoires de nos terroirs, Cantons de Bourg-Saint-Andéol, Bagnols-sur-Céze et de Pont-Saint-Esprit, par Louis Brun, 1976,
(épuisé) (O)
Les Oratoires de la Haute-Savoie, par Madeleine Commeaux, 1991, (épuisé) (O)
Croix Clavaires Petits Oratoires du Pays des Mille étangs, Tome 1, Cant. de Melisey, Ed.Salsa, 1996, (O)
Calvaires et Oratoires au Pays du Granit normand, Collectif, Ed. Art de Basse-Normandie, 1996 (0)
Oratoires de montagne : Servoz Les Houches, Chamonix, Argentière, Vallorcine, par Patrice Labarbe, Ed. Bibliothèque de Chamonix, 1996 (N)
Les Chapelles et Oratoires de Sare, par Jacques Antz, 1997, Ed. Harriet, Chez l'éditeur. (O)
Nos Chapelles..en parcourant le Pas de Calais par Irène Patalas, Ed. ARARCO, 1997, (épuisé) (O)
Croix Clavaires Petits Oratoires du Pays des Mille étangs, Tome 2, Cant. de Faucogney, Ed.Salsa, 1999, (O)
Chemins et Chapelles autour des monts des Flandres, par Jacques Messian, Ed. ARARCO, 2000, (épuisé) (O)
Les Oratoires à Grasse et le Culte des Saints par Corinne Julien-Bottoni, Ed.Grandi, 2000, (épuisé) (O)
A la découverte des Chapelles du Pays de Weppes, Collectif, Ed. ARARCO, 2001 (épuisé) (O)
Nos oratoires de Savoie, par Elise Pasqualini, 2005.(Epuisé) (O)
Tome 1  Beaufortain, Tarentaise, Val d'Arly,    Tome 2  Maurienne,  (Epuisés
) (O)
Oratoires du Centre ancien d'Aix-en-Provence, Collectif, Ed. Arpa-Edisud, 2011 (N)
Marie sur les chemins, Oratoires à la Vierge en Pays d'Auge, par Hervé Robert & Christiane Dorleans, Ed. Le Pays d'Auge, 2015. (N)

Autres anciens ouvrages d'inventaires aujourd'hui dépassés, édités jadis par l'anciennne Association des Amis des Oratoires :
Les Oratoires des Bouches-du-Rhône par Pierre Irigoin, 1940, (épuisé) (O)
Les Oratoires du Bas-Alpins, par Jean Gavot, 1945, (épuisé) (O)

Les Oratoires des Bouches-du-Rhône par Pierre Irigoin, 1947, (épuisé) (O)
Les Oratoires du Var, Essai d'Inventaire, par Louis Henseling, 1938, (épuisé) (O)
Les Oratoires du Var, Essai d'Inventaire, par Louis Hanseling et Pierre Irigoin, 1957, (épuisé) (O)

Les Oratoires du Bas-Alpins, par Jean Gavot et Pierre Irigoin, 1961, (épuisé) (O)
Les Oratoires de Provence, par Pierre Irigoin, 1965, (épuisé) (O)
Les Oratoires du Vaucluse, par René Pauplin, 1970, (épuisé) (O)
Inventaire des Oratoires du Var, par Louis Janvier, 1982, (épuisé) (O)
A la découverte des Oratoires des Hautes-Alpes, par Louis et Marie Louise Roy, 1988,
(épuisé) (O)
Vieux Oratoires de la Vallée de l'Huveaune, par Arlette Eon, 1990, (épuisé) (O)
Les Oratoires des Alpilles, par René Fages et Marguerite Bréchat, 1993,
(épuisé) (O)
Livres récent disponibles à leur siège actuel :
Promenade des Oratoires dans les Alpes-Maritimes, secteur de Breil-sur-Roya, Saorge, Fontan,  par Mme Sarrut-Raffalli, Ed. AdO,  2007 (N)
Oratoires  des Alpes-Maritimes, par C & V Werny, Ed.AdO, 2011 (N)


Haut de page