SAINT EXPEDIT, un saint controversé !

SAINT EXPEDIT, un saint controversé !

JPEG

Un de nos contributeurs, nous à envoyé des photos d’oratoires de l’île de la Réunion, avec des oratoires dédiés à Saint Expédit, qu’il est impossible de ne pas rencontrer lors d’un voyage, du fait de leur couleur rouge et que l’on en dénombre plus de 340 aujourd’hui sur toute l’île. Ces oratoires dont on ne trouve pas d’équivalent en métropole, intriguent beaucoup les touristes, avec leurs attributs chrétiens, la croix, la statue assez conventionnelle de martyr chrétien de St Expedit, souvent accompagnée des statuettes de ND de Lourdes, d’images du Sacré-Coeur, et ou brulent des bougies, et de l’encens. Généralement le guide réunionnais vous conseille de ne pas s’intéresser à ces oratoires, comme étant associés à des forces occultes.
 
 Qui était Expédit ?
 
La tradition le donne comme officier romain d’Arménie, nommé Elpide, converti au christianisme, arrêté et décapité en 303 lors de la persécution de Dioclétien en même temps que quatre autres martyrs. Cependant son existence réelle est mise en doute par certains théologiens, à tel point que l’historien Louis Réau, rapporte que le Pape Pie XI avait en 1906, rayé Expédit du Martyrologue romain et prescrit sans succès l’enlèvement des images et statues dans les églises. Il n’existe aucune reliques prouvées, malgré qu’a Madrid on présente des ossements du saint. Cependant son culte n’a pas été condamné et sa fête uniquement locale est le 19 avril.
 
Représentation
 
Il est représenté en uniforme de soldat romain, tenant haut une croix portant le mot "hodie" dans la main droite bras levé, et tenant la palme du martyre dans l’autre main, son pied écrasant un corbeau avec le mot "cras" pour rappeler que lors de sa conversion un corbeau envoyé par le diable, lui apparu en criant "cras ! cras ! cras !" (demain) et qu’il répondit en disant "Hodie ! hodie ! hodie !" (aujourd’hui).
  • JPEG - 18.2 ko
 
Le culte de Saint Expédit en France métropolitaine
 
Saint Expédit est invoqué pour faire aboutir les procès qui s’éternisent, pour passer les examens scolaire et surtout du permis de conduire, il est aussi considéré comme le patron des écoliers et celui des hommes d’affaires. Il est réputé agir tout de suite. Il est invoqué pour les causes désespérées, et par les plus déshérités de la société.

Si en Europe ce saint peu connu est encore vénéré dans un faible nombre d’églises sous le contrôle des prêtres, en France métropolitaine on recense 40 statues ; par contre son culte populaire déviant et incontrôlé embarrasse beaucoup l’église de l’île de la Réunion.

 
Origine du culte de Saint Expédit à la Réunion
 
Trois légendes expliquent l’arrivée de ce culte à l’île de la Réunion, dont la plus plaisante, serait que des Soeurs avaient demandé au Vatican des reliques d’un saint pour leur couvent, et elles virent arriver un paquet, sans lettre d’accompagnement pour donner le nom du Saint, mais sur lequel aurait été écrit "In expedito" soit "à expédier"; légende ou réalité?
Ce culte est parti de l’église Notre Dame de la Délivrance à St Denis, ou fût exposée la première statue en 1931, et s’est répandu très rapidement dans toute l’île.
 
La déviance du culte réunionnais
 
De très nombreux oratoires sont construits surtout dans les Hauts, de petites tailles et toujours peints en rouge, la couleur sacrée des pratiques malabares, couleur du sang, de la vie et de la mort. Ils sont souvent implantés aux carrefours, et de plus en plus dans des propriétés privées, à l’abri des regards, pour protéger la famille et les biens.
Le nombre d’adepte sans doute important, n’est pas connu, ce culte étant socialement dévalorisé la fréquentation de ces oratoires se fait en secret.
JPEG
JPEG
Les symboles
Très vite sous l’effet du peuplement très hétéroclite de l’île, ce saint fût reconnu par les Tamouls qui l’assimilent à leurs déesses Karli ou à Mardé-Vira, par les musulmans, les Malgaches à leurs dieux naturels, et surtout par les adeptes de la sorcellerie.
Ce culte à rapidement échappé au contrôle de l’église, à tel point qu’en 1965, l’évêché de la Réunion supprimera St Expédit du calendrier des Saints. Seuls quelques rares prêtres tolèrent encore cette dévotion dans leur paroisse.
Les symboles chrétiens sont toujours dominants, avec les croix, la statue de St Expédit, souvent des statues de Notre Dame de Lourdes, de saints plus conventionnels et autres. Des chiffons rouges sont aussi noués à l’oratoire ou aux branches qui l’entourent. Quelquefois la statue du Saint est cassée ou mutilée par le croyant qui n’a pas obtenu ce qu’il demandait et qui se venge ainsi !
JPEG JPEG
Texte et photos suivant diverses sources.
Voir aussi le site : www.mi-aime-a-ou.com/culte_p...
 
Retrouvez les oratoires de la Réunion sur www.oratoires.com  et sélectionnez  département : 974