St Jean de Matha, les Trinitaires et l'esclavage Arabe

SAINT JEAN DE MATHA, LES TRINITAIRES
ET L'ESCLAVAGE ARABE EN MEDITERRANÉE

En fin 2014, le Cardinal Gerhard Müller, s’interrogeait sur le sort des chrétiens du Moyen-Orient, capturés par les terroristes musulmans et maintenus prisonniers ou en esclavage quand ils ne sont pas assassinés, et avec la barbarie que nous avons connu depuis, au Moyen-Orient surtout, et aussi en Europe, quand il disait :
« Du temps de l’empire ottoman, elle a conduit différentes congrégations religieuses, comme les Trinitaires, à se consacrer au rachat des captifs. Nous n’en sommes pas si loin aujourd’hui, à l’heure où des chrétiens et des non chrétiens sont maintenus captifs et rachetés par des organisations terroristes »

Cette pensée du Cardinal Müller,  préfet de la Congrégation de la doctrine de la foi, résonne douloureusement aujourd’hui avec tous ces chrétiens qui fuient leurs pays en guerre pour chercher une vie sure et digne en Europe.
 

L'ORATOIRE DE LA SAINTE TRINITÉ

Jean Dieudé avait écrit un court article sur les Trinitaires dans le Bulletin Oratoires N° 10 de mai 2004, suite à la restauration d’un oratoire dédié à la Sainte Trinité, et nous l'avions développé et publié sous forme d'un article dans notre bulletin Oratoires N° 33 de  Mai 2016. Nous le reprenons dans la rubrique Hagiographie, en développant le saint  personnage que fut Jean de Matha.

Il existe à La Motte-du-Caire, village des Alpes de Haute-Provence  (04) un oratoire dédié à la Sainte Trinité érigé en 1857, à proximité de la Maison des Trinitaires, qui en furent le maître-d’œuvre ;  il fut restauré en 1896, comme l’indique cette date gravée sur le socle, en dessous d’une croix de Malte que l’on retrouve dans la rue voisine, sur l'encadrement de la porte de la Maison des Trinitaires avec la date de 1682. En 2004, notre association avait offert une plaque de lave émaillée, réalisée d’après une enluminure du 13ème siècle du graduel à l’usage de Saint-Martin de Tours, qui n’a hélas pas été installée suite à une erreur de prise de mesure.


 

L’oratoire de la Sainte-Trinité
à La Motte-du-Caire

Ci-dessus la Croix de Malte gravée sur la clé de voute de la maison des Trinitaires, datée de 1682

Ci-contre la plaque émaillée que nous avions offerte,  représentant la Sainte Trinité

Le couvent des Trinitaires abrite aussi un intéressant musée
sur l'oeuvre de Saint Jean de Matha et de Saint Félix de Valois

ORIGINE DE L'ORDRE DES TRINITAIRES

L‘Ordre de la Très Sainte Trinité et des captifs, dit Ordre des Trinitaires ou Mathurins, fut créé en 1193, au temps des croisades pour se consacrer à la délivrance des chrétiens dits les croisés prisonniers des infidèles en Terre Sainte et dans tout le monde musulman dans les siècles qui suivirent, jusqu'à la conquête de l’Algérie en 1830 qui mit fin aux razzias incessantes sur les côtes européennes de la Méditerranée et à l’esclavage qui s’en suivait pour les captifs. Nous avons oublié aujourd’hui ce fléau des Sarrazins qui de leurs ports d’Alger et de Tunis, du Maroc et de Lybie, capturaient des Chrétiens en Espagne, en France, en Italie, etc. arraisonnaient les navires marchands en capturant les équipages et les passagers qui étaient aussitôt vendus comme esclaves, les femmes allant peupler les maisons de prostitution et les harems. Un parallèle peut être fait aujourd’hui avec les enlèvements d’otages européens par les terroristes musulmans, délivrés après versement de rançons, ainsi que la vente des prisonniers comme esclaves en Irak et en Syrie, et les lâches assassinats d’innocents. Notre actualité, a une singulière résonnance avec le contexte qui justifia la création de l’Ordre des Trinitaires, plus d’un siècle par la conquête de l’Algérie.

LE FONDATEUR DE L'ORDRE, JEAN DE MATHA

Né le 23 Juin 1160, dans la Vallée de l’Ubaye, à Faucon de Barcelonnette, fils du baron Euphème de Matha, seigneur Catalan, qui avait reçu la terre de Faucon de Raymond Bérenger le jeune, comte de Barcelone et de Provence, et, de Marthe, fille de Raymond, vicomte de Fenouillet et descendant d'une des grandes familles de Provence.
Ses parents l'élevèrent pour en faire un homme noble de son temps, pieux et cultivé, il étudia à Aix-en-Provence, puis en 1180 il fut envoyé à Paris pour poursuivre ses études dans cette ville dont l'université était alors réputée la première du monde !
Un jour qu'il était en prière dans l'église abbatiale Sainte Geneviève il entendit répéter trois fois cet oracle " Etudiez la sagesse, Ô mon fils, et vous réjouirez mon coeur " Jean se décida alors a étudier la théologie avec ardeur sous la conduite de Maurice de Sully alors évêque de Paris. Il obtint son doctorat, et fut ensuite consacré prêtre.

LA VISION DE JEAN DE MATHA

Lors de sa première messe, il eut une vision qu'il raconta à son évêque "C'était l'ange du Seigneur...il portait sur sa poitrine une croix aux deux couleurs rouge et azur, à ses pieds, et dans la posture de suppliants, étaient deux esclaves chargés de chaines, l'un maure, l'autre chrétien; ses mains croisées reposaient, la droite sur le chrétien et la gauche sur le maure".


La vision de Jean de Matha

 

La croix des Trinitaires dans
la vision de Jean de Matha

 


Félix de Valois

Suite à cette vision, il se retira dans la méditation et rencontra Félix de Valois (né le 9 avril 1127 et décédé le 4 novembre 1212) moine ermite dont la réputation de sainteté était connue et ils fondèrent ensemble en 1193 une communauté à Cerfroid dans l'Aisne. Trois ans passèrent et ils eurent une vision, d'un cerf blanc portant dans ses bois la croix rouge et azur que portait l'ange. Ils se décidèrent à créer un ordre pour aller au secours des captifs.


Ruines du couvent de Cerfroid

LA MISSION

Eudes de Sully, alors Evêque de Paris, leur remit des lettres de recommandations pour le pape Célestin III. Ils partirent en 1197 pour Rome, et furent bien accuellis par le pape. Lors d'une messe célébrée le 28 janvier 1198 dans la basilique de Latran le pape eut la même vision que Jean avec l'ange et les deux esclaves. Le Saint Père accepta leur demande de créer un ordre dédié au rachat des captifs dont il donna le nom : " Ordre de la très sainte Trinité pour la rédemption des captifs"
Le Pape leur donna en possession l'église de Saint Thomas in Formis à Rome, qui sera la maison mère de l'ordre pour l'Italie. D'autres créations suivront ultérieurement en Espagne.

A leur retour ils firent de Cerfroid, dans l'Aisne,  le siège de l'ordre communément appelé par la suite l'ordre de Trinitaires ou des Mercédaires qui fit de très nombreuses recrues dans toute l'Europe, tant la tâche était immense.

Il développa sur toute l'Europe méditerranéenne tout un réseau de maisons de l'ordre qui accueillaient les esclaves libérés, malades, battus, mutilés, pour les soigner et ensuite les acheminer vers leur région d'origine pour retrouver leur famille.

La première misssion en Afrique du Nord, ménée par Jean l'Anglais et Guillaume d'Ecosse, eu lieu au Maroc avec le rachat de 186 esclaves ramenés en France.  Suivirent de nombreuses missions des Pères Trinitaires à Tunis, à Alger, à Tripoli etc. pour racheter les malheureux chrétiens capturés soit par des razzias sur les côtes méditerranéennes de l'Europe, soit capturés en mer par les pirates barbaresques.

 On attribue à Jean de Matha un miracle, lorsque les habitants de Tunis dématèrent son bateau, prirent les voiles et enlevèrent le gouvernail, pour l’empêcher de ramener en Europe les nombreux captifs qu’il avait rachetés, il invoqua la Vierge Marie en se prosternant sur la plage, puis étendit son manteau en guise de voile sur le navire; sans rames, sans voiles et sans gouvernail celui-ci parvint en moins de deux jours à Ostie.

Saint Jean de Matha

LE SAINT

Il rendra son âme à Dieu à Rome le 17 décembre 1213, son corps est exposé quatre jours dans l'église du couvent des Trinitaires, la foule des romains le visite et plusieurs miracles sont signalés. Il sera donc enseveli dans l'église de la maison mère de l'Ordre à Rome, sous un mausolée de marbre blanc. Il sera canonisé le 1Mai 1262, par le pape Urbain IV, sa fête est le 8 février. De même, Félix de Valois sera canonisé le 4 octobre 1263.

Après la fermeture du couvent St Thomas in Formis à Rome, ses restes furent transportés à Madrid dans l'église des Trinitaires en 1655, puis furent officiellement identifiées en 1721. EN 1832 les religieux ayant été chassés d'Espagne, les reliques furent hébergées à la Nonciature. Sur les instances de Louis XIV, par la bulle pontificale du 24 janvier 1671, les noms de Saint Jean de Matha et de Félix de valois, ont été insérés dans le Martyrologue Romain.

Faucon était jadis dans l'Evêché d'Embrun, aussi en 1674 deux parcelles de reliques de Saint jean de Matha, étaient accordées à l'église paroissaile de Faucon

UNE MISSION BIEN REMPLIE

Au cours des XIIIe et XIVe ils réalisèrent de très nombreux rachats de prisonniers ; cette activité se développa principalement au XVe siècle, à partir de l’Espagne, en faveur des captifs d’Afrique du Nord. A partir du sol français, une soixantaine d’opérations organisées du XVe au XVIIe permirent la libération d’environ 6000 captifs chrétiens. Une cinquantaine d’expéditions en provenance du Portugal permirent entre 1558 et 1778 la libération de plus de 11000 chrétiens esclaves. Au cours des XVIe et XVIIe, les Trinitaires de Castille et d’Aragon réussirent à racheter près de 20000 chrétiens captifs. Miguel Cervantès, père de la littérature espagnole, captif en Algérie fut racheté en 1580.

Les hommes chrétiens esclaves étaient principalement utilisés comme rameurs sur les galères barbaresques, tandis que les femmes étaient vendues dans les marchés aux esclaves comme des bêtes, humiliées, et destinées à devenir des esclaves sexuelles, comme concubines ou bien au pire à peupler les maisons de prostitution.

Début de la liste des femmes chrétiennes offetes à la vente sur les marchés aux esclaves

 

Liste de 313 esclaves Français rachetés à Alger en 1785


Les massacres et la capture des chrétiens en Provence lors d’une Razzia

Duquesne fait libérer des captifs chrétiens après le bombardement d'Alger en 1683

Rachat de captifs chrétiens esclaves sur le port d’Alger par les Pères Trinitaires

 

LES TRINITAIRES AUJOURD'HUI

A ce jour les Frères et Sœurs de l’Ordre sont environ 600 dans le monde, présents en Allemagne, Autriche, Argentine, Brésil, Bolivie, Canada, Chili, Colombie, Congo, Espagne, Etats-Unis, France, Inde, Italie, Madagascar, Mexique, Pérou, Porto-Rico. Ils sont une quinzaine en France répartis dans quatre maisons.


Photo de https://maisontrinitaires.com/les-trinitaires/

Aujourd’hui, les trinitaires se consacrent principalement à la pastorale, à la visite aux prisonniers, à l'assistance aux chrétiens persécutés à cause de leur foi, aux malades dans les hôpitaux, et collaborent avec les organismes internationaux et les ordres missionnaires dans la lutte contre l’esclavage dans plusieurs pays.
                    Voir le site Internet des Trinitaires de France : http://trinitairesdefrance.free.fr

REFLEXION SUR LES MOEURS ARABO-MUSULMANES AUJOURD'HUI

NOTA : En 2014, le Cardinal Mueller ne croyait sans doute pas si bien dire, vu d'aujourd'hui avec la barbarie épouvantable que nous avons vécu ces quatre dernières années, des assassinats de chrétiens orientaux et autres non musulmans et aussi de musulmans non sunites, brulés vifs, noyés dans l'acide, pendus, des enfants transformés en bombes humaine, etc. sans oublier la capture des femmes vendues comme esclaves sexuelles, des hommes esclaves pour effectuer des travaux d'attaques comme des tunnels, ou bien des familles utilisées comme boucliers humains, etc.  ...Satan est vraiment à l'oeuvre !
N'oublions pas non plus les massacres massifs d'innocents en Europe, comme à Paris, à Londres, à Berlin et à Nice entre autres lieux... cela démontre qu'en fait leurs moeurs n'ont pas changés depuis des siècles et restent fondamentalement barbares, comme au temps des Razzias au nord de la Méditerranée, de ce qui fut le pire des fléaux de la Provence !      
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         Francis LIBAUD

Sources : Vie de Saint Jean de Matha, fondateur de l'ordre de la très-sainte Trinité par le Père Calixte de la Providence.
                Vies des Saints par les petits Bollandistes, Tome II, page 387.
                Site Internet chrétien  Aletia,
                Bulletin ORATOIRES N°10 de mai 2004, Illustrations d’origines diverses.

                Photos Jean Dieudé et documents publics pris sur Internet.
                Photos Joël Aubert de Dignois.fr
                Photos du site des Trinitaires
Transcrit le 9 avril 2018, complété le 19 avril 2018